Association francophone pour la promotion de l'EFT

Les Fêtes de Fin d’Année et l’EFT


22 vues

Les fêtes Noël sont-elles l’occasion de réunions de famille joyeuses ou une obligation stressante ? Réveillent-elles l’enthousiasme ou des sentiments de tristesse, de culpabilité, de la frustration, de solitude, de l’angoisse …?

En effet, les fêtes ne sont pas obligatoirement l’occasion d’une totale insouciance, comme celles que l’on a connu quand on était petit.

Les fêtes de Noël et, plus généralement, les fêtes de famille, peuvent réveiller des vieilles blessures que l’on aimerait oublier mais qui nous rattrapent inopinément. Et si c’était un piqûre de rappel que quelque chose dont il faudrait s’occuper, même si ce n’est vraiment pas le bon moment ? Qu’importe, il vaut toujours la peine de tapoter même si l’inconfort n’est pas très gênant sur le moment. Dans tous les cas, l’EFT contribue à baisser les tensions et appréhensions. Voici un bref article sur l’efficacité des tapotements sur les acupoints :

https://www.generationeft.com/actualites/articles/preuves-d-efficacite-de-la-stimulation-des-acupoints

Le rappel de la ronde EFT se trouve ici : https://www.generationeft.com/l-eft

 

bonhomme de neige

On peut se tapoter, discrètement, où que l’on se trouve, sans se donner la peine de trouver des mots exacts, ni de les prononcer à haute voix. Comme par exemple dans la queue devant la caisse d’un magasin, ou pendant que grand-oncle Jules raconte pour la centième fois que c’était mieux avant, ou encore pendant que l’on surveille la cuisson de la (sempiternelle) dinde.

On ne répète jamais assez que si l’on ne sait pas exactement sur quoi on tapote, le système, l’inconscient le sait. Après tout, c’est son travail !

Ces tapotements furtifs, discrets ou brefs, qui sont très utiles, lors de moments de tension ne remplacent pas le temps que l’on s’accorde pour explorer et tapoter sur une source de souffrance quelle que soit sa nature. Cela ne nous amène-t-il pas au sujet des…

Bonnes Résolutions

bonhomme neige questionnant

C’est bien connu que les bonnes résolutions tiennent rarement dans la longueur. Est-ce une raison pour ne pas en faire ? Non, même s’il n’est pas si facile du tout de trouver la bonne formulation. La raison en est simple car, quand on veut prendre une bonne résolution, c’est en général parce que l’on veut laisser derrière soi une habitude, une inaction, une réaction que l’on désapprouve. Pourquoi ne pas commencer en douceur et tapoter de manière globale ?  Par exemple 

  • Même si j’oublie toujours mes bonnes résolutions, je fais ce que je peux et je me respecte !

Choisir les mots qui correspondent au mieux à ce que l’on ressent, par exemple :

  • Même si je suis en colère…, 
  • Même si je suis nul ....
  • Même si je n’ai pas envie de changer, il faudrait…

Penser à évaluer le stress de ne pas tenir les promesses faites à soi-même sur l’échelle de 0 à 10. Après quelques rondes, ré-évaluer le stress sur le fameux stresso-mètre de 0/10. Il est très probable que l’acceptation de soi a évolué dans le bon sens. Le cas échéant, on peut choisir de commencer à tapoter sur les bonnes résolutions ou poursuivre sur le même thème.

L’acceptation de soi est primordiale dans tous les domaines et aspects de la vie ! Chaque occasion de s’en occuper est bonne à prendre parce que, parfois, la route est bien longue ! Un des plus importants secrets de l’EFT est la reconnaissance de ce qui ne va pas, de ce qui bloque. C’est justement cette reconnaissance qui donne un accès plus fluide et plus rapide au but recherché.

 

Prenons l’exemple d’un fumeur invétéré qui, après plusieurs échecs, veut, cette fois, définitivement s’arrêter de fumer ! S’il se promet d’arrêter le 1er janvier et se tapote pour renforcer cette décision, ce ne sera probablement pas un franc succès parce qu’il n’aura tenu compte de ses blocages !  Par exemple :

  • de sa colère contre lui-même…
  • de la colère contre les personnes qui la harcèlent pour qu’il renonce à la cigarette…
  • de la honte de ses échecs…
  • de sa réticence à renoncer à sa liberté de faire ce qu’il veut…
  • au plaisir réel ou l’assurance que la cigarette lui procure…
  • de la conviction de toujours être voué à l’échec…
  • de ne pas avoir assez de volonté…
  • de ne pas mériter de réussir...
non à la cigarette

La liste est infinie. Ces blocages, qui sont des aspects qui s’opposent à l’arrêt du tabac, ne sont pas toujours conscients. Mais en émergeant au cours du processus EFT ils seront finalement reconnus et pourront être libérés.

En somme, l’EFT ne vise pas directement le résultat : arrêter de fumer, mais ce qui le bloque, ce qui est à la racine du problème.

Il pourrait choisir des formulations suivantes :

  • Même si je m’en veux toujours d’avoir voulu me faire accepter par les copains qui fumaient, c’est comme ça encore aujourd’hui (exemple d’une phrase d’acceptation parfois plus facile à dire que « je m’accepte »)
  • Même si je sais que fumer me fait du mal et que je me punis, je suis d’accord pour arrêter, - un autre jour. (Cet « autre jour » d’abord lointain, peut très bien graduellement se rapprocher.)
  • Même si les cigarettes m’empoisonnent, elles m’apaisent parce qu’elles sont toujours disponibles, elles, c’est ce que je ressens en ce moment.
  • Même si je ne peux pas à renoncer à ma cigarette après le petit déjeuner, je suis quelqu’un de bien.

Quel qu’en soit la mauvaise habitude ou dépendance dont on aimerait se débarrasser, il est important de reconnaître qu’elles apportaient réellement un apaisement, un moment de répit, un sentiment de sécurité, une satisfaction…  au début ! Il est alors plus facile de se regarder avec plus de compassion, de bienveillance et même de respect pour tout ce qu’on a eu à affronter au cours de sa vie.

maryline

Les mots sont importants, mais pas nécessairement toujours les mots exacts. Il vaut mieux accepter ceux qui émergent spontanément et les suivre tant qu’ils gardent un sens ou une charge émotionnelle que de se creuser la tête pour trouver le mot parfait.

La même chose est vrai concernant la construction grammaticalement correcte des affirmations. La langue française n’a pas, osons le dire, la même « grammaire » que celle des émotions ou de l’énergie. L’important est d’exprimer ce que l’on ressent ou ce que l’on pense dans l’instant présent, sans jugement ni critique.

BvH


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Catégories

Derniers articles

Le Cas du Chien Stressé

25 Fév 2024

Ann Smith partage une séance avec la propriétaire d’un chien angoissé. Cette histoire montre encore une fois combien il est important de s’adresser d’abord ...

Fatigue Chronique

25 Fév 2024

Annie O’Grady nous raconte comment une seule session EFT a définitivement pu éliminer le syndrome de fatigue chronique dont sa cliente souffrait depuis des a...

Une Histoire d'Escalier

28 Jan 2024

Un lundi, Marie, une de mes amies, m’appelle en me disant qu’elle ne supporte plus l’état dans elle lequel se trouve quand elle est dans sa belle-famille.
N...

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.