Association francophone pour la promotion de l'EFT

Comment une abeille bourdonnante fut mon Professeur


44 vues

Parfois, un événement très banal peut nous éclairer et avoir un impact inattendu. Un tel événement peut présenter une excellente opportunité de faire de l’EFT sur des questions qui autrement auraient pu échapper à notre attention.

Pour moi, ce fut une abeille. Elle était entrée dans mon bureau, on ne sait pas comment, et maintenant elle voulait sortir – par la fenêtre fermée. Son bourdonnement était bruyant et elle se cognait, encore et encore contre la vitre. Graduellement, le bourdonnement et le cognement devenaient encore plus forts. Bien sûr, j’ai déjà connu ça, qui ne l’a pas déjà vécu?

Cependant, cette fois, c’est devenu pour moi comme une « transe », un moment de conscience augmentée. La fenêtre étant condamnée, il était impossible de l'ouvrir. J'ai donc trouvé un petit sac plastique dans lequel je voulais attraper l'abeille afin de la transporter jusqu'au balcon pour la libérer. Ce ne fut pas facile. L’abeille opposait une farouche résistance, ne comprenant pas, bien sûr, qu’une intelligence supérieure (du moins dans ces circonstances) était sur le point de lui sauver la vie. A la fin, j'ai quand même réussi et l'abeille a pu s’envoler, libre.

Cela aurait pu en rester là : ma bonne action du jour. Mais ce ne fut pas le cas. Le comportement de l’abeille m’avait plongé dans un malaise étrange.

N'est-ce pas exactement ce que je fais aussi souvent moi-même : Me cogner encore et encore contre le même mur, faisant obstinément la même chose encore et encore en espérant un résultat différent (ce qui est la définition de la folie selon Einstein - il devrait savoir).

J’ai donc décidé d’écrire rapidement une petite liste de moments de ma vie qui ressemblaient d’une certaine manière au comportement de l’abeille. J'ai instantanément trouvé sept sujets ! Tous n’étaient pas très importants, mais chacun d’entre eux méritait de bénéficier d’un changement d’approche de ma part.

J'ai tout de suite commencé par un problème lié à l'EFT qui me dérangeait déjà depuis un long moment. Il s’agissait de ma réaction face à une amie à qui on avait récemment diagnostiqué une maladie (sans danger pour sa vie) qu’elle ne gérait pas bien du tout.

Elle vit dans un autre pays et nous avions des conversations téléphoniques fréquentes et longues. Mais depuis le diagnostic, nos échanges m’étaient devenus très désagréables. Des lamentations et des pleurnicheries sans fin (« Pourquoi moi ? ») mêlées de ressentiment et d’amertume (« Je ne mérite pas ça ! »), et aucune ouverture pour une perspective plus large. J'avais fini par redouter ses appels, serrer les dents quand elle parlait et lui donner des conseils plutôt rudes. (Tapoter pendant qu'elle parlait ne m'était d’aucune aide.) J'étais coincée, répétant la même réponse encore et encore.

Ainsi, après l’incident avec l’abeille, j’ai donc commencé à tapoter :

« Même si elle est pleurnicharde et débile et qu'elle aime carrément s'enfoncer dans un trou noir pour de bon, cela me rend fou, et je n'ai plus envie de lui parler, voilà ce que je ressens. »" « Même si elle n’est qu’une sale gamine gâtée qui ne réclame que de l'attention, qui n'a aucune idée de ce que vivent les autres avec des problèmes de santé bien plus graves, et ça m’exaspère - j'accepte chaque partie de moi. »

« Même si je suis idiote parce qu'elle ne fait que m'utiliser et que je me sens rejetée parce qu'elle ne veut pas entendre ce que j'ai à dire, pourtant j’ai des connaissances et que je pourrais vraiment l'aider, je suis toujours une compétente et bonne praticienne ! »

Ouah ! Je n'avais pas réalisé à quel point cela était profond et à quel point j'étais en colère. J'ai donc tapoté jusqu'à ce que l'intensité passe de 8 à 3. J'ai alors compris que cela avait a été vraiment un choc pour elle d'être confrontée à cette maladie, qu’il y avait des éléments de douleur physique, qu’elle n'avait pas besoin de moi pour la conseiller, mais juste pour l’écouter.

Après, j'ai appelé mon amie et lui ai demandé comment elle allait. Bien ! moindre sentiment d'apitoiement sur elle-même. Elle n’est toujours pas ouverte aux tapotements ou à toute autre méthode de prise conscience de soi, mais elle ne l’a jamais été ! (Ce que j'aime chez elle, c'est son grand cœur chaleureux et son sens de l'humour aigu.)

Cela prouve une fois de plus que l’EFT fonctionne de manière mystérieuse – et que nous devons prêter attention aux petites choses de notre vie car elles peuvent véhiculer de grands messages.

Carna Zacharias-Miller

https://healingstorylibrary.com/

Rés. trad. BvH


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Catégories

Derniers articles

La Pratique de l’EFT avec un Proche

24 Mai 2024

Comment aborder des clients difficiles, sceptiques et méfiants quand on débute ?
On entend parfois qu’il ne faut pas faire de l’EFT avec un membre de la fam...

EFT : Trois courtes démos pour débutants

23 Mai 2024

Flexibilité Musculaire
Pour intéresser la première fois un groupe ou une seule personne à l’EFT, la solution d’une démonstration courte avec un résultat im...

EFT et la peur de conduire

01 Mai 2024

Le refus de Julie de prendre le volant

« J’ai trop peur, je ne peux plus conduire, » annonçait ma cliente, que j’appellerai Julie. "Je ne sais vraiment p...

Création et référencement du site par Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.