Association francophone pour la promotion de l'EFT

Le Cas du Chien Stressé


26 vues
Chien stressé

Ann Smith partage une séance avec la propriétaire d’un chien angoissé. Cette histoire montre encore une fois combien il est important de s’adresser d’abord à la maîtresse avant de s’occuper du chien. La même chose est vraie pour les enfants qui ont des problèmes. L’expérience prouve que de débuter l’EFT avec les parents offre les meilleurs résultats. 

Ann Smith écrit :

Récemment, j'ai animé ce que je décrirais comme une séance d'EFT classique. Par « classique », j’entends que le problème était clairement défini. Les aspects sont apparus rapidement, la réponse aux tapotements a été rapide et le soulagement a été complet – le tout en une seule séance.

Bien que la plupart des séances d’EFT ne se terminent pas aussi bien en une séance, c’est chouette quand cela arrive !

Une propriétaire de chien est venue me voir parce qu’elle était très inquiète à l'idée que son chien voyage en avion vers l'Europe depuis les États-Unis.

Elle était stressée à une intensité de 8/10 lorsque nous avons commencé à tapoter, même si elle serait dans le même avion que le chien, il serait seul dans la soute. Elle était sûre qu'elle ne pourrait pas se détendre et encore moins dormir et manger durant les longues heures de vol.

Nous avons abordé en premier les aspects qui la préoccupaient le plus :

Le chien avait déjà peur des hommes, et le vrai calvaire commencerait quand un homme inconnu viendrait à la maison récupérer le chien à midi. Il verrait d’autres hommes inconnus à l’aéroport avant le décollage à 18 heures.

La propriétaire du chien imaginait le chien tremblant et haletant dans sa cage pendant douze heures d'affilée. Elle était sûre qu’il en serait traumatisé à vie.

Peu de temps après avoir tapoté sur ces aspects, un nouvel aspect très fort s’est présenté :

« Il faut que je m’angoisse ! Tout le monde minimise cette affaire ! Quelqu'un doit se soucier pour lui ! C’est ce que je fais ! »

Cet aspect est important car il donne à la maîtresse du chien une raison valable d'être en état d’alerte et de stress. Pour avancer il nous fallait aborder cet aspect. Nous avons utilisé ses mots pour parler de son droit et même de son "travail" d'être nerveuse. Après de nouveaux tapotements, elle a commencé à dire des phrases comme :

« Tous ceux à qui j'ai parlé et qui ont vécu cela ont dit que leur chien allait bien après. »

« Les gens font ça tout le temps ».

Maintenant, colère et frustration font surface. Depuis deux mois elle réfléchissait aux moyens d’épargner à son chien cette expérience qu’elle jugeait traumatisante. Pourtant, elle avait l’habitude de résoudre des problèmes, mais celui-ci était insoluble.

Après avoir tapoté sur cet aspect avec l’EFT, elle a déclaré :

« Au moins, j'ai essayé. J’ai le mérite d’avoir vraiment essayé. »

Cette prise de conscience lui a permis de se sentir bien dans sa peau.

Puis un autre aspect est apparu. Comment gérer son angoisse entre la récupération de son chien entre 12 h et 18h au moment du décollage de l’avion ? Elle qualifiait ces heures de « temps mort » pendant lesquels elle était sûre d’être très stressée. Encore une fois, nous avons tapoté sur cet aspect jusqu'à ce qu'elle se sente calme.

Puis nous avons testé nos résultats avec différentes méthodes, par exemple en imaginant de manière vive son chien dans sa cage dans la présence d’hommes inconnus. Je lui ai fait dire :

 « Je dois être stressée, ça veut dire que je me fais du souci », pour voir si cela sonnait toujours vrai. Ce n’était plus le cas.

Le véritable test était encore à venir. Comment se sentirait-elle pendant ces heures où le chien était hors de sa vue ?

Le premier signe que le tapotement EFT avait fonctionné est qu'elle a choisi d'être présente quand l’homme est venu chercher le chien, même si elle s'attendait à ne pas supporter de le voir partir. Elle avait un peu les larmes aux yeux quand il est parti, mais il s'agissait d'une tristesse normale, pas de peur que son chien soit traumatisé.

Pendant les « temps morts », elle a pu faire beaucoup de choses, y compris prendre, avant son vol, un repas à l’aéroport. La seule fois où elle s'est sentie angoissée, c'est lorsque l'avion a décollé et qu'elle s'est soudain rendu compte de l'intensité du bruit. Quel effet cela aurait-il sur son chien ? Pendant plusieurs minutes, elle était angoissée avec une intensité de 5/10, jusqu'à ce que l'avion quitte le sol. Elle s'est ensuite détendue et a apprécié le vol, dormant même pendant quelques heures.

Cette histoire se termine comme un conte fée. Lorsque les deux se sont rencontrés après le vol, le chien a remué sa queue, mais il était surtout occupé à renifler les environs de ce nouvel aéroport. Le lendemain, le chien était toujours aussi bien dans sa peau.

De manière tout à fait classique, l’EFT a apporté un apaisement à la propriétaire du chien, ce qui à son tour a, comme par magie, apporté calme et confiance à son chien.

Ann Smith

https://eftinternational.org/the-case-of-the-nervous-dog-owner/

rés trad BvH

 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Catégories

Derniers articles

La Honte de ne pas être à la Hauteur

27 Mar 2024

Voici un exemple intéressant donné par Dr Lee de la manière dont on peut
« négocier » la libération d’un blocage fortement ancré chez un client.

« Janet » e...

Les Liens Toxiques de la Honte

27 Mar 2024

La Honte, Cercle Infernal

Dans cet article Kristin Panasewicz expose les mécanismes en jeu dans le phénomène de la honte et affirme que le travail pour s’en...

Le Cas du Chien Stressé

25 Fév 2024

Ann Smith partage une séance avec la propriétaire d’un chien angoissé. Cette histoire montre encore une fois combien il est important de s’adresser d’abord ...

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.